Global Council for Tolerance and Peace

Le président angolais appelle à la paix et tolérance

Le Président angolais, S.E.  M. João Lourenço, a prononcé un discours au peuple angolais et au gouvernement le 25/05/2021 à Luanda, la capitale, à travers lequel il a appelé à la paix, la réconciliation et la tolérance lors d’une initiative historique en ligne avec ce que le Conseil Global pour la tolérance et la paix et à ses objectifs appelant à répandre la tolérance et la paix ; ci-dessous est le discours du président angolais :

Discours d’aujourd’hui du président angolais à la nation en présence du gouvernement

25/05/2021, Luanda

Son Excellence, le Vice-président de la République

Son Excellence, le Président de l’Assemblée nationale

Messieurs, membres du Conseil de la République

Les dirigeants respectés de l’Église

Chers membres de la Commission de réconciliation, à la mémoire des victimes des conflits politiques

Chers participants, chers invités

Chers compatriotes

Demain, 44 ans se sont écoulés depuis les événements tragiques qui ont affligé le pays le 27 mai 1977, alors que deux ans seulement s’étaient écoulés depuis la proclamation de l’indépendance nationale, pour laquelle nous nous sommes battus longtemps pour y parvenir.

À cette époque, personne n’imaginait que les divisions internes provoquées par les mouvements de libération toucheraient le pays après l’indépendance et auraient des conséquences si tragiques qui ont laissé de profondes blessures dans le cœur des Angolais.

Un groupe de citoyens organisés a mené une tentative de coup d’État ratée, qui a entrainé la mort de personnalités eminentes de l’executif, en particulier le ministre, Sidi Vieira Dias Mingas, les commandants Paulo Silva Mongongo «Danjiro», Jose Manuel Paiva «Paula », Eugenio Verissimo da Costa« Nazaghi », Yuriko Gonsalves et les citoyens« Helder Ferreira Neto, Antonio Ferreira Neto, Cristiano dos Santos et Adelino Riqua”.

Afin de restaurer l’ordre constitutionnel, la réponse des autorités à l’époque n’était pas appropriée et extrême, lorsqu’un nombre indéterminé de citoyens angolais ont procédé à des exécutions sommaires, parmi lesquelles de nombreux innocents.

La position de l’État face à des situations défavorables et extrêmement stressantes devrait être prise en compte et mesurée chaque fois que possible en raison des responsabilités accrues que l’État assume dans la défense de la constitution, du droit et de la vie humaine.

Récemment, l’Angola a joué un rôle dans la région pour promouvoir la paix et le dialogue, éliminant les tensions et conflits internes ou interétatiques.

Nous pensons que ce travail est important pour notre diplomatie, mais le plus important est de travailler en permanence pour panser les blessures qui prévalent encore dans nos conflits politiques.

Le 04 avril 2002, le pays a entamé un processus de réconciliation nationale qui a été largement admiré et encourage. Un tel processus devrait avoir l’engagement de tous à être poursuivi et renouvelé, afin d’être renforcé et ancré.

Dans ce contexte, nous avons mis en place, par décret présidentiel rendu le 16 mai 2019, un comité de réconciliation à la mémoire des victimes des conflits politiques depuis notre indépendance nationale. Ce comité opère dans un environnement d’harmonie avec les représentants des partis politiques. Un siège parlementaire qui comprend des membres d’organisations de la société civile et des proches des victimes.

À cette époque, cela ressemblait à un exercice cosmétique qui n’avait pas d’objectif clair à atteindre. Beaucoup ont perdu leurs doutes sur le fait que le processus semblait sérieux.

Aujourd’hui, nous pouvons dire que la confiance a surmonté les doutes et que le succès des travaux de la Commission a encouragé le président à franchir le pas important qu’il annoncera aujourd’hui.

Chers compatriotes,

Ce n’est pas le moment de pointer du doigt les contrevenants ; Il est important que chacun assume sa propre responsabilité.

Dans cet esprit, nous sommes adresses vers les victimes du conflit, et les Angolais en général, au nom de l’État angolais, avec nos excuses publiques et notre pardon pour les terribles dommages causés par les exécutions sommaires de l’époque et sous ces conditions.

Ces excuses publiques et cette tolérance ne se limitent pas à de simples mots, mais reflètent plutôt nos sincère regrets et notre volonté de mettre fin à l’angoisse que ces familles ont tolérée au fil des ans, en raison du manque d’informations sur le sort réservé à leurs bien-aimé. ( nos chers)

Chers compatriotes

Tout le peuple angolais

Demain, nous commencerons symboliquement le processus de remise des premiers certificats de décès aux membres des familles des victimes du conflit du 27 mai.

Dans les prochains jours, nous commencerons le processus de recherche des restes (ossements) d’Elvis Bernardo Baptista (Neto Alves), Jacob Joao Caetano (Immortal Beast), Ernesto Eduardo Gomes da Silva (Bacalove), Sita Maria Dias Valles (Citta Vallis), Jose Jacinto da Silva Vieira Dias Van Denim (Costume Van Denim), Antonio Urbano de Castro (Urbano de Castro), David Gabriel Jose Ferreira (David Z), Artur de Jesus Nunes (Artur Nunes), Pedro Fortunato, Arsenio Jose Lourenço Mesquita (Sianuk), António Lourenço Galiano da Silva, Domingos Ferreira de Barros (Sabata), anciens soldats de la 9e brigade, anciens soldats du détachement féminin, et anciens soldats DISA, victimes du 27 mai 1977 pour extraire les corps et les remettre aux membres de la famille.

Les ossements de Jeremias Calandula Chitonda, Elias Salobito Pena et Adolosi Paulo Mango Alexis seront également remis à leurs familles, qui ont été impliquées dans les combats dans le conflit qui a suivi les élections de 1992 à Luanda.

Quant au temps qui s’est écoulé, on s’attend à ce qu’il ne soit pas possible de localiser et d’identifier les restes de toutes les victimes. Cependant, nous ferons tout pour que le plus grand nombre possible de familles touchées puissent organiser des funérailles dignes pour les victimes. Désormais, leurs proches exigent que chacun comprenne les situations dans lesquelles cet objectif ne peut être atteint.

Nous pensons que ce geste, plein d’émotion et de grande symbolique, apporte un grand soulagement aux familles des victimes, mais aussi à l’État angolais qui, à travers l’actuel pouvoir exécutif, a décidé de briser le silence pendant plus de quatre décennies.

C’est un moment de joie, et en même temps, l’effusion de larmes qui l’ont contenu depuis de nombreuses années, qui nous apporte le réconfort souhaité et nous conduit à l’assurance de ne pas permettre au pays de revivre un jour de tels événements malheureux.

En raison de la nécessité de garder le secret encore aujourd’hui, seules les premières fouilles auront lieu dans les prochains jours, et les premières mesures seront prises pour matérialiser ce qui vient d’être annoncé.

Reconnaissant l’importance et la nécessité de le faire, l’État angolais, en prenant cette mesure de sa propre initiative, tourne une nouvelle page de notre histoire et encourage tous les acteurs et autres participants aux conflits politiques à le faire également.

L’histoire ne s’efface pas, la vérité des faits doit être assumée pour que les sociétés prennent les mesures préventives nécessaires, pour éviter que des tragédies identiques ne se reproduisent.

Ces personnes héroïques et généreuses, qui ont déjà montré leur capacité de pardon, méritent également d’entendre, de la part de ceux qui ont la responsabilité de le faire, des excuses générales et de la tolérance pour les esprits de Tito Chingungi, Wilson dos Santos et leurs familles, les des femmes courageuses des feux de Jamba, des passagers du train Zenza de Itombe, des martyrs des villes de Quito Pei et Huambo, et d’autres non mentionnées ici.

Nous sommes convaincus que ce geste donnera à l’âme des victimes des conflits politiques la paix nécessaire au repos éternel.

Avec ce pliage de page, qui nous conduit à une véritable réconciliation entre les Angolais quelles que soient les couleurs du parti, j’exhorte tous les citoyens angolais à consacrer toutes nos connaissances et toutes nos énergies à la cause de la construction du projet de notre nation et du développement économique et social, pour la prospérité et bien-être des Angolais.

Vive la paix et la réconciliation nationale

Vive l’Angola

Vous pourriez aussi aimer