Global Council for Tolerance and Peace

Définissant la Tolérance

La tolérance n’est ni intégrée à notre comportement, de la manière dont les besoins physiologiques comme la faim et la soif le sont, ni une valeur universelle pratiquée par tous. En tant que base de la culture démocratique, dans laquelle la vérité est relative et les différences sont légitimes, la tolérance est incompatible avec les régimes totalitaires, qui préconisent un système de croyance unique. Et pourtant, dans un monde qui aspire à la paix et où la démocratie augmente, ce n’est toujours pas un fait universel. Au contraire, nous assistons à une forte résurgence du racisme, de la xénophobie, des formes extrêmes du nationalisme, du fanatisme religieux, de toutes les formes d’exclusion sociale et de discrimination.

La paix, la concorde et la démocratie présupposent une vision partagée du passé, du présent et de l’avenir. Et pour établir fermement des valeurs communes, toutes les parties prenantes doivent savoir non seulement ce dont elles parlent, mais aussi leurs enjeux. Nous ne pouvons pas aborder les idées – en particulier les idées ayant un contenu variable ou discutable – sans aborder avec des mots, qui sont des véhicules des fortes traditions culturelles, des sensibilités sociales et des valeurs symboliques; si nous les réduisons à une formulation unique dans une langue de travail internationale, nous risquons de les appauvrir ou de les obstruer.

La tolérance n’a pas de sens constant, ni dans l’espace ni dans le temps. Le projet actuel, basé sur la linguistique – qui est à la fois lexicographique et orienté vers le discours, et invite à d’autres recherches du même genre – remplit un but éthique: diffuser le genre de connaissance qui favorisera le respect et la compréhension mutuels. Surtout, c’est une réponse aux questions sur la culture. Il y a des moments particuliers en temps de paix ou, au contraire, en période de crise, où la tolérance et ses antonymes, l’intolérance et l’intolérable apparaissent, dans toutes les langues, pour acquérir une signification particulière, superposée à des relations ethniques, religieuses, sociales et à des connotations sexuelles, qui exercent finalement une forte influence sur la façon dont le concept, qui n’est pas encore assez mature, est traité.

Un échantillon initial de langues représentant différentes régions du monde a permis aux chercheurs, principalement des sociolinguistes, dirigés par le professeur Paul Siblot, directeur de l’équipe de recherche Praxiling en sciences linguistiques de l’Université Paul Valéry de Montpellier de mener des recherches initiales. Chaque zone de langue a été l’objet d’une analyse spécifique qui comprend une description du terme, les circonstances dans lesquelles il est apparu pour la première fois, les étapes de son évolution, son utilisation et le milieu social dans lequel il a été le plus répandu. L’intention derrière ces croquis de miniatures n’était pas de produire un lexique multilingue conçu par les linguistes pour le bénéfice des interprètes et des traducteurs, mais plus simplement et plus essentiellement pour alerter le plus grand nombre possible de ceux qui s’engagent activement dans la lutte pour une société plus juste et plus harmonieuse aux difficultés soulevées par une tentative de définir leur aspiration commune de vivre en harmonie avec les autres.

La Tour de Babel était un projet de construction voué à rester inachevé parce que ses travailleurs – prisonniers de la logique propre à chacune de leurs langues – ne pouvaient pas communiquer entre eux ou s’entendre sur la construction des étages finaux. Le projet de construction de la tolérance, un élément essentiel d’une culture de la paix, ne doit pas rester inachevé, faute de travailleurs. Ces constructeurs – les hommes, les femmes et les jeunes de bonne volonté – doivent pouvoir communiquer entre eux, quel que soit leur langage, pour mener à bien une tâche qui, à l’ère de la mondialisation, est une condition préalable à la vie en harmonie.

  • DÉFINITION DE LA TOLÉRANCE (English Document: Defining Tolerance)
    Ce document révèle nonobstant, la richesse d’un trésor commun de mots et d’expériences qui expriment, dans chaque culture, la nécessité urgente d’accepter l’Autre.
Vous pourriez aussi aimer