Global Council for Tolerance and Peace

Anxiété de séparation chez la mère!

D. Antoine Chartouni

D. Antoine Chartouni

Dans les premiers mois de l’enfance, l’enfant se caractérise par son anxiété des étrangers et de sa séparation de sa mère, ainsi que par la peur d’être dans des endroits étranges.

Les études psychologiques modernes ont confirmé que ces peurs sont naturelles et disparaissent rapidement à la fin de la troisième année de la vie. Mais parfois, l’angoisse de la séparation ne disparaît pas facilement mais apparaît non seulement chez l’enfant mais aussi chez la mère.

Trouble de l’anxiété de séparation …

Tout le monde a peur de la séparation. Lorsque cela se produit, la personne devient anxieuse et peut paniquer, avoir peur et se sentir vide à cause d’une «absence» temporaire ou permanente.

Ce type d’anxiété s’observe généralement chez les enfants âgés de un à trois ans et demi. L’enfant présente un comportement d’attachement, et ne peut être séparé de ses parents, en particulier de sa mère.

Comme chez l’enfant, ce type d’anxiété est présent chez la mère, surtout chez les mères ayant une personnalité inquiète et prudente. Le trouble de l’anxiété de la séparation de la mère commence à l’âge préscolaire, en particulier lorsque les enfants entrent à la maternelle ou en première année d’école, jusqu’à la troisième ou quatrième année, et peut continuer jusqu’à la fin de l’école primaire.

A ce stade, nous constatons que les femmes souffrant d’anxiété de séparation de leurs enfants se plaignent de symptômes psychologiques tels que pleurs, anxiété, peur, nervosité et bien sûr de nombreux symptômes physiologiques: vertiges, évanouissements, battements cardiaques rapides, maux de tête, nausées, maux d’estomac …

Par conséquent, il convient de noter que le souci de séparation de la mère et de ses enfants varie d’une mère à l’autre. Nous remarquons certaines ressentir de l’anxiété et de la peur les premiers jours de séparation, qui disparaissent après une semaine.

Certaines femmes, cependant, souffrent d’anxiété de séparation au point qu’elles empêchent leurs enfants d’aller à l’école ou même les conduisent à l’école et l’attendent jusqu’ à qu’ils terminent leurs études, craignant que leur enfant ne soit exposé à des méfaits ou à des problèmes. Et bien sûr, toutes ces pensées ne sont que des fantasmes qui augmentent l’anxiété de la mère.

L’anxiété de la séparation de la mère de ses enfants… est réelle!

Il existe de nombreuses raisons et facteurs qui aident à l’apparition de l’anxiété de séparation chez les mères, et peuvent être divisées en plusieurs sections:

1- Facteurs psychologiques et sociaux, qui jouent un rôle important dans l’émergence de l’anxiété chez la mère, en particulier celles qui ont connu des expériences de séparation difficiles au cours de leur vie. Nous voyons qu’une mère qui a souffert du divorce de ses parents n’accepte pas facilement sa séparation de son fils. Il est également possible d’ajouter qu’une mère qui a connu une mort proche dans sa famille (durant son enfance ou son adolescence) a aussi du mal à vivre sa séparation avec son enfant quand il commence l’école.

2- L’instabilité de la relation dans la maison ou avant le mariage. Et bien sûr, une protection exagérée des parents à leurs enfants, fait que ces enfants exagèrent à leur tour dans le futur leurs préoccupations et la peur pour leurs enfants.

3- Facteurs génétiques, qui jouent un rôle dans l’anxiété de séparation Il a été noté qu’il existe une relation entre la dépression et l’anxiété de séparation chez les mères (ainsi que des facteurs hormonaux).

Comment gérer cette situation?

On peut faire plusieurs exercices pour soulager l’anxiété de séparation:

Premièrement, la pratique de la séparation – laisser l’enfant seul pendant un certain temps avant d’aller à l’école. De cette façon, la mère s’habitue à avoir sa propre vie et non seulement une vie liée à son enfant.

Deuxièmement, s’exercer et pratiquer certaines activités qui réduisent le sentiment de peur et de nervosité lié à la séparation.

Troisièmement, demander l’aide d’une baby-sitter à la maison pour se séparer progressivement de l’enfant, et s’assurer que tout est sécurisé et inoffensif à l’école à travers une simple visite à la salle de classe, et s’assurer que les objets utilisés par l’enfant ne peuvent lui faire mal d’aucune façon.

Enfin, l’accélération du processus de l’adieu, ce qui signifie ne pas rester plus d’une minute après l’arrivée à l’école et quitter l’enfant rapidement.

Parler aussi du problème avec son conjoint ou avec un psychologue. Et bien sûr si la mère ne pouvait pas s’aider, il y a beaucoup de thérapies psychologiques et de soutien psychologique, ce qui peut l’aider à surmonter les inquiétudes excessives et la peur sur son enfant, notamment: la psychothérapie traditionnelle ou la psychologie analytique, ce qui contribue à renforcer le « MOI », et à parler des problèmes psychologiques passés de la mère dans son enfance. La thérapie comportementale aide également à soulager l’anxiété grâce à des exercices psychologiques et, bien sûr, la thérapie familiale qui encourage le mari et la femme à parler de leur problème.

Vous pourriez aussi aimer