Global Council for Tolerance and Peace

Un réseau de neurones permet aux personnes paralysées d’écrire via leur esprit

Lors de la réunion annuelle de la Neuroscientists Society, des scientistes américains ont présenté une technologie qui améliore radicalement la vie des personnes paralysées.

Cette technologie est destinée aux personnes dites «emprisonnées» car elles ne peuvent pas communiquer avec le monde extérieur. Ces patients ont été paralysés à la suite d’un accident vasculaire cérébral, blessure ou maladie nerveuse, et ils ne peuvent pas dire ou écrire ce qu’ils veulent.

Les électrodes implantées dans le cerveau ont aidé certains de ces patients à déplacer pointeur d’ordinateur et choisissez les lettres nécessaires pour écrire les mots qu’ils veulent.

La nouvelle technologie permet à ces patients de transférer plus rapidement leurs pensées en mots écrits.

Au cours des expériences, l’un des volontaires qui a une blessure à la moelle épinière qui a provoqué une paralysie complète dans son cou, a imaginé comment un crayon bouge dans sa main pour écrire chaque lettre de l’alphabet.

Deux réseaux d’électrodes lisent les signes du gyrus central postérieur dans lesquels des signes associés à des mouvements conscients sont générés. L’activité cérébrale correspondant à l’écriture de chaque lettre a été contrôlée par un dispositif de classification inventé spécifiquement pour cette technique.

De cette façon, les chercheurs ont pu enseigner au réseau neuronal innovant d’interpréter les ordres du cerveau en traçant le chemin présumé de la pointe du crayon imaginaire pour créer une lettre ou une autre.

Le résultat a été que l’ordinateur a pu transmettre les pensées des patients avec une précision de 92% et à une vitesse de 66 symboles par minute. Les chercheurs ont montré que l’inexactitude complète est due à la ressemblance entre les lettres, telles que q et g.

Selon les inventeurs, cette technologie contribuera à améliorer la vie des personnes atteintes de paralysie complète et peut également être utilisée dans les recherches en neurobiologie.

RT

Vous pourriez aussi aimer