Global Council for Tolerance and Peace

Pourquoi on a tous besoin de plus de tolérance

De profondes fentes se sont formées dans notre beau monde. Du sang coule de ses blessures.
On endure l’horreur de l’inhumanité chaque jour. Vidéos, photos, meurtres et propagande corrodent notre village global comme du poison.

Les radicaux sèment la haine et essaient de nous tourner les uns contre les autres. Ils assombrissent le soleil et ils font taire le sourire heureux des enfants.

Quelques uns promeuvent la haine à travers des mots, pendant que d’autres sont prêts à tuer. Ces gens agissent contre différentes religions, minorités ethniques et races. Les citoyens qui acceptent telle intolérance rompent notre globe en mille morceaux. Il semble souvent que nous ne sommes pas un seul monde, mais des groupes polarisés qui combattent les uns les autres. Tels gens, remplis de préjudice, menacent l’amour et la paix. Qu’en est-il de Donald Trump et la haine aux Etats Unis ?

Notre monde entier souffre, particulièrement dans les pays islamiques, en une vague de violence et de terreur. Un ‘État Islamique’ auto-revendiqué (IS, ISIS, ISIL ou en Arabe « Daesh ») exile, asservit, et tue les Chrétiens et les Shiites en Syrie et en Iraq. Les gens sont tués à Manchester et à Londres. Dans une rue commerçante, des civils sont tués par un camion à Stockholm. Un marché de Noel pacifique est attaqué au centre de Berline. Des terroristes forcent des Chrétiens à devenir des Musulmans, et brulent des églises et des mosquées Shiites. En Nigeria, des centaines d’étudiantes sont kidnappées, violées, et forcées à l’Islam par Boko Haram. Des assassins tuent des étudiants au nom de Dieu à Kenya. Des extrémistes massacrent un prêtre âgé durant une messe de Dimanche dans une église à Normandie. Des centaines sont bombardés à Bagdad ou au Pakistan.
On a aussi vu des gens innocents tués sans pitié à la Promenade des Anglais à la côte de Nice, et à l’aéroport d’Atatürk ou dans un club à Istanbul. Des terroristes tirent sur des caricaturistes, des acheteurs Juifs, et des civils dans des restaurants et à un concert a Paris. Des voyageurs sont bombardes à l’aéroport et dans le métro à Brussels. Des extrémistes violents exécutent des gens innocents sur la plage en Tunisie, à San Bernardino a Californie ou a Jakarta. Des Shiites et des Sunnites tuent les uns les autres à Pakistan et en Lybie, juste parce qu’ils ne partagent pas exactement les mêmes croyances en ce qui concerne le Coran.

Cette tuerie au nom de Dieu nous choque tous, et il ne semble pas qu’il y a une fin à la violence. Ces actes promeuvent la haine contre l’Islam et contre chacun des 1.7 milliards Musulmans du monde, et ils ont propulsé les Shiites et les Sunnites les uns contre les autres.

Comment peut-on, comme citoyens réguliers, contenir ou mettre fin à cette tuerie et à la haine de ceux intolérants ? Que doit-on faire et où commencer ?
Dans quel genre de monde vive-t-on aujourd’hui et dans quel genre de monde veut-on que nos enfants vivent demain ? 193 pays se rapprochent de plus en plus pour former un village global.
Malgré qu’on perçoit les distances rétrécir, et malgré qu’on échange des informations via l’internet dans des secondes et qu’on voyage facilement à des pays étrangers, on reste des étrangers.
On se concentre exclusivement sur les différences fondamentales de nos traditions et cultures de confession uniques, au lieu de vivre les uns avec les autres et d’embrasser la diversité dans nos pays.
La globalisation dynamique se concentre sur le progrès dans l’économie, la technologie et la communication.
On doit continuer de développer une globalisation interpersonnelle compromise d’une plus grande tolérance et amour pour l’humanité au XXIème siècle. Ce n’est qu’alors qu’on pourra, nous les à-peu-près neuf milliards êtres humains – indépendamment de toute origine nationale, culturelle et religieuse – vivre heureusement et plus pacifiquement ensemble sur notre globe en rétrécit.

C’est impératif d’adopter la mentalité, « Plus de Chacun pour soi, mais nous tous ensemble. »

Dans notre monde étroit, pourtant si différent, on a urgemment besoin d’humaniser la globalisation, et de mettre un ethos mondial en pratique. On a besoin des Codes de la Tolérance. On a besoin de plus d’amour.

L’Initiatives de la Tolérance Globale est un plaidoyer pour la majorité passive et muette, pour promouvoir plus de tolérance et respect à d’autres religions, minorités ethniques et races. Indépendamment de nos localisations, nous sommes tous invités à devenir des membres d’une nouvelle et responsable élite globale, afin de répandre la bonté avec de petits gestes et du courage moral. Nous avons besoin de plus de chaleur, de bonté et d’amour pour l’humanité dans notre village global commun.

En même temps, nous devons rejeter toutes sortes d’extrémisme religieux et politique. Il ne doit pas y avoir de tolérance pour l’intolérance ! Nous devons contenir les forces du mal et les prêcheurs de la haine à travers une stratégie intelligente compromise d’éléments durs et doux du rétablissement de la paix. Promouvoir la tolérance active est un élément essentiel dans cette stratégie.

Chacun de nous peut placer un morceau dans le puzzle de la tolérance. Tout autour du monde, avec plusieurs cultures et religions, nous pouvons trouver maintes petits et grands exemples des meilleurs pratiques, sur la façon dont nous pouvons mieux vivre ensemble. Nous avons commencé à rassembler les meilleures pratiques globales de tolérance, qui nous montrent que la tolérance est faisable. A travers la participation active sur les niveaux local, national et international, ensemble nous pouvons fortifier l’amour et la paix. Suivons ces meilleures pratiques pour réduire le mal.

Les Codes de Tolérance nous montrent comment nous pouvons tous travailler ensemble pour créer un monde meilleur.
Il y a de règles spécifiques pour les parents, les éducateurs et les écoles, les chefs religieux, la media et les journalistes, les décideurs politiques, dans le sport et la culture pour nous tous. L’implantation des Codes peut améliorer de manière efficace la coexistence entre différentes religions, minorités ethniques et races tout en mettant fin à la destruction par les extrémistes.

Les Codes de Tolérance sont notre réponse humaine comme des citoyens du monde qui luttent pour mettre fin à la violence et aux prêcheurs de la haine.

Laissons-nous ne pas se plaindre de l’existence de radicaux qui cherchent à démolir ceux d’autres traditions religieuses, les minorités, les étrangers et ceux d’autres races pendant que ces pratiques d’intolérance prennent place à tout moment et endroit tout autour du monde. Nous devons avoir honte de notre passivité, qui offre aux extrémistes un espace pour nourrir le mal.

La Réconciliation avec des minorités ethniques est un aspect important de la tolérance active. Il est important à la paix interne d’être le centre de concentration dans des pays comme L’Ukraine, la Syrie, le Mali ou la Nigeria. La concentration doit être centrée sur les simples exemples de réconciliation entre les êtres humains.

  • Ces quelques radicaux, vont-ils dominer notre monde parce que la plupart de la population globale reste muette et regarde ailleurs ?
  • Quelles valeurs morales devons-nous apprendre à nos enfants et comment pouvons-nous leur laisser un monde meilleur avec plus de tolérance, respect et amour ?
  • Est-il possible de trouver une base commune, un ethos mondial, pour les Chrétiens, les Musulmans, les Hindous, les Bouddhistes, les Juifs, les Shiites et les Sunnites ?
  • Comment pouvons-nous éviter les conflits entre différentes religions et cultures ?
  • Comment peuvent les minorités être réconciliées et intégrées ? Que doivent les citoyens individuels faire, et comment ?

En regardant de plus prés, nous pouvons déjà voir les traces des Codes de Tolérance dans toutes les religions du monde, et dans les plus diverses cultures globales. Nous semblons avoir oublié ces pépites dorées de la culture mondiale qui ont été efforcées au background par les radicaux véhéments. Nous trouvons ces pépites dans l’Islam, le Christianisme, le Judaïsme, l’Hindouisme et le Bouddhisme, avec une tendance à respecter, aimer et protéger la dignité interne et inaliénable de tous les êtres humains crées par Dieu. Comme Pape Jean Paul II a prêché, « Le plus court chemin à Dieu pour un être humain est un autre être humain. »

Avec un mouvement populaire global nous devons maintenant travailler
avec courage et ouverture pour un meilleur ordre mondial de tolérance.

Ainsi, nous pouvons surmonter le relativisme moral, laisser derrière le vide de l’indifférence et neutraliser le poison de la haine. Que la personne soit optimiste, pessimiste, un Chrétien croyant, un Musulman ou un esprit libre, pas importe. Juste si nous préconisons pour l’amélioration de notre monde, à travers de multiples petits pas progressifs, nous parviendrons à de changements positives et nécessaires pour remettre les minorités radicaux à leur place.

N’attendons pas les Nations Unies (NU) ou nos politiciens. Commençons nous-mêmes, comme citoyens mondiaux, à faire la différence que nous avons vraiment besoin dans ce monde.
Montrons à nos enfants qu’un monde meilleur est possible à travers nos efforts immédiats.
Apprenons les Règles d’Or de la Tolérance des religions du monde.
Bâtissons, de ce livre de tolérance, un nouveau chapitre personnel avec plus de respect et d’amour pour l’humanité.
L’amour est tolérance – la tolérance est amour.
Reconquérons le monde pour pouvoir se débarrasser des radicaux, et attaquer les fauteurs de la haine, car quand nous ferons ceci, notre village global va déborder de nouveau d’amour, de respect et de tolérance.
Et vous, chers lecteurs, êtes chaleureusement invités. Joignez-nous et mettez votre propre morceau du puzzle dans la mosaïque du monde de la tolérance.
Travaillons ensemble pour créer un monde meilleur pour nos enfants et pour nous-mêmes. Contenons la haine et les meurtres en adoptant une nouvelle politique globale concernant la promotion active et immédiate de la tolérance.


La Nécessité des Codes de la Tolérance

Comment pouvons-nous arrêter les terroristes et contenir les extrémistes ?
Où est l’espace dédiée à la tolérance, le respect, l’amour et la paix dans notre village global ?
Quelles règles nous ont donné les chefs sages et les prophètes des religions de notre monde ancien pour notre chemin, pour que nous puissions vivre ensemble, pacifiquement, harmonieusement et respectueusement ?
Sur la base de quels principes, règles et directives peuvent les Codes de la Tolérance et les meilleures pratiques promouvoir le respect de toutes les religions, les minorités ethniques et les races ?
La question la plus pertinente en est : Que peux-je faire, comme citoyen au village global, pour contribuer à un monde harmonieux et amical ?

Si on réduisait les plus de 7,5 milliards citoyens du village global mondial à seulement 100 personnes, on aurait 61 Asiates, 15 Africains, 13 Américains (du Nord et du Sud), et 11 Européens. Il y aurait 52 femmes et 48 hommes. 80 d’eux seraient des gens de couleur, et seulement 20 seraient blancs. De ces 100 personnes, il y aurait 35 Chrétiens, 23 Musulmans, 13 Hindous, 7 Bouddhistes, 11 représentants d’autres minorités religieuses – dont juste 0,2 pourcent de juifs – ainsi que 10 agnostiques, et 2 athées. Nous ne sommes pas un village homogène, mais un village divers.
Tous les êtres humains dans notre monde global dépendent de plus en plus de nos voisins. Ainsi, personne ne peut éviter l’autre. L’internet et les nouveaux moyens de transport éliminent les limites physiques entre les cultures, et nous les utilisons souvent. Nous sommes dans un monde interconnecté et vulnérable, où les questions principales comme le changement climatique ou le terrorisme ne peuvent être résous que si tous les acteurs travaillèrent ensemble. Nous avons un destin commun et une responsabilité partagée. Nous devons alors croitre ensemble comme individuels, et respecter nos différences.

Quand on prend un avion, on expérimente ce microcosme avec nos propres yeux, une réunion de notre village global 10 kilomètres au-dessus de la terre. On voyage à de pays étrangers, on voit de différents visages, cités et coutumes, on entend des idées remarquables et on expérimente la diversité tout autour de nous. Beaucoup de gens travaillent avec des gens d’autres cultures, et ceci élargie notre perspective et notre perception de la vie. Nos écoles et nos universités sont aussi en train de devenir plus internationales et diverses. C’est ça la diversité en pratique et en expérience.
Dans notre village global, l’individu peut parfois se sentir perdu, seul et insécurisé car sa maison semble peut-être trop lointe de lui. Le nombre d’événements et de changements est en croissance rapide. Le familier, le stable et tout ce qui a un jour reflété la certitude, est en train de disparaître. Ne sommes-nous plus capables de nous adapter ?
Nous souhaitons tous être aimés, appréciés et respectés. Aucun de nous ne souhaite être discriminé ou même attaqué à cause de la couleur de sa peau, de sa nationalité ou de sa religion.
Nous requérons le respect et la tolérance des étrangers, qui à leur tour, nous considèrent des étrangers. En contrepartie, nous devons nous aussi les traiter avec du respect et de la tolérance.
John Lennon a exprimé notre profond souhait humanitaire pour un monde harmonieux dans sa chanson Imagine – le rêve de l’amour et d’un monde uni. La Neuvième Symphonie de Beethoven et le « World of Harmony » (Monde d’harmonie) de Hindemith, résonnent avec nos plus profondes tendances vers un monde humain et pacifique, à travers des émotions musicales.

L’auteur français Antoine de Saint-Exupéry a plaidé pour plus d’humanité durant la Seconde Guerre Mondiale. Dans son chef-d’œuvre Le Petit Prince, il a joliment écrit, « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. […] Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. »
Nous devons chercher des méthodes pour arrêter les propagandistes de haine et violence, qui visent à mener une guerre contre les autres religions et minorités ethniques, pour fortifier la force de l’amour. Pourtant, nous ne faisons pratiquement rien pour accomplir ceci.
Nous préférons aller faire les courses, ou s’assoir confortablement devant notre télévision, au lieu de combattre activement pour un monde meilleur, d’harmonie et d’amour. Nous gardons de silence, nous dormons et nous laissons tomber. Quelques uns de nous sont devenus des pessimistes envers le monde, d’autres des esprits muets libres, et d’autres des matérialistes sans aucun sens de responsabilité.
Nous ignorons nos responsabilités en tants que citoyens globaux, et nous ne voulons pas intervenir car nous sommes anxieux ou juste complaisants, et prenons le chemin le plus court.
Nous sommes la bourgeoisie globale; inactifs, une masse passive.

Ainsi, en ne faisant rien et en restant inertes, nous tournons la terre sens dessus dessous, et permettons à quelques radicaux déterminés, qui forment peut-être 1% de la population, de prendre le pouvoir. Donc ces quelques vilains dominent, bien que nous sommes la grande majorité.

Le monde nous appartient, intellectuellement et matériellement. Pourtant, les terroristes et les prêcheurs de la haine attirent notre attention avec leur actions violentes et par conséquent, les manchettes, les tweets et les cameras de télévision.
Nous voulons créer plus de paix et d’amour, pendant qu’ils aspirent plus de confrontations, de haine, de violence et même de guerres.
Nous faisons de bonnes actions, et trouvons nulle reconnaissance aux medias.

Quand des extrémistes tentent de répandre le mal, ils reçoivent certainement l’attention publique. C’est le statu quo partout autour du globe. Qui sommes « nous » et qui sont-« ils »? « Nous » pouvons être les Musulmans croyants au Pakistan, les Juifs à Jérusalem, des Chrétiens engagés et des Bouddhistes à New York. « Ils » sont aussi des Musulmans, des Juifs, et des Chrétiens.

Pourtant, la grande différence entre « nous » et « eux » est qu’ils ont oublié les messages de tolérance racinés dans leurs religions, ou peut-être qu’ils sont des nihilistes frustrés. La plupart du temps, ces extrémistes connaissent peu de leur religion.

Les analyses montrent qu’ils citent seulement les quelques phrases militantes des gros livres sacrés, et ignorent simplement les messages de leur prophètes, qui proclament l’obligation à la paix et l’amour de l’humanité. Quelques extrémistes veulent établir une théocratie sur terre, même si contre la volonté des autres.
Au cours de l’histoire, il y a eu plusieurs fois des efforts pour créer une symbiose entre le pouvoir de l’état et la religion. L’état est considéré comme un dictateur totalitaire du livre sacré. Les luttes pour le pouvoir, qui ont eu lieu dans l’Europe Chrétienne pour une très longue période, sont souvent oubliées. Aujourd’hui, ce but est poursuivi par les Talibans à Afghanistan, par ISIL en Iraq et Syrie et par Boko Haram à Nigeria.

L’Occident, mais aussi plusieurs pays Musulmans comme l’Égypte, la Tunisie, le Pakistan et l’Indonésie, ont décidé d’être avec la séparation de l’état de la religion. L’idée d’une théocratie homogène qui gouverne et juge les vies des gens, est contradictoire avec les doctrines des religions, y compris le Coran. Les Musulmans, Chrétiens et Juifs fervents croient qu’à la fin de leur vie, Dieu seul les jugera. Quiconque croit profondément et avec ferveur, respecte ceux d’autres traditions religieuses, car – malgré toutes les différences – la croyance d’une personne est orientée vers un être plus haut. C’est la croyance commune que Dieu a crée tous les êtres humains à son image et ressemblance. La tolérance signifie l’amour pour le travail de Dieu.

L’établissement d’une théocratie totalitaire sur terre, bâtie pour favoriser un seul ensemble d’humains, contrarie fortement le code originel, Le code de la création de Dieu : la diversité de la vie.

Il Se représente Lui-même dans de milliards d’êtres humains différents, et dans des centaines de milliers de fleurs et d’animaux qui habitent notre monde. Plusieurs scientifiques parlent de la « biodiversité ». Le sens originel de la vie est la création de la diversité et de l’individualité. Ça doit être claire pour quiconque croit en Dieu et en sa création de la vie, que Dieu a crée et veut la diversité. La diversité fait partie de la création et de l’ADN de la vie; c’est la vie même.
D’autres tendances principales affectent la lutte pour un ordre mondial harmonieux. Premièrement, la globalisation avec laquelle – à travers la technologie, la culture et l’économie – notre monde est interconnecté plus que jamais. Deuxièmement, la lutte contre l’infiltration étrangère perçue, et la lutte pour un ensemble uniforme de normes et de règles qui gouvernent la société, et à travers lesquelles, selon la volonté de quelques extrémistes, la vie sociale entière doit être dominée par une seule idéologie.

Ce conflit s’aggrave quand une seule religion, un clan familial, un partie politique ou un groupe ethnique décide ce que les autres doivent penser, sans les consulter, ceux sur lesquels ils sont en train de forcer leurs propres croyances. Pour simplifier l’affaire, ça se résume par le respect des gens pour la diversité et l’individualité, ou leur préférence d’une dictature avec des gens uniformisés. C’est une affaire de liberté ou de soumission, comme de notre « courage de liberté » quotidien et personnel (Franz-Ludwig Schenk Graf von Stauffenberg).

La commande à être tolérant requiert vivre en paix avec d’autres religions, races et minorités ethniques, indépendamment de touts les différences. Personne n’a le droit d’imposer sa religion ou son style de vie sur l’autre. Cet ordre libre et ouvert de tolérance doit aussi être défendu activement contre les forces de l’intolérance.

Emmanuel Kant, dans ses écritures célèbres On Eternal Peace (Sur la Paix Éternelle), est d’accord, il déclare,

« La Paix n’est pas un état naturel, mais doit être crée. »

De plus, la sensibilisation et la réconciliation avec des (ex) ennemis sont requiers. Le philosophe américain Eric Hoffer a une fois exprimé ce sentiment, « Une guerre n’est vaincue que lorsqu’on transforme l’ennemi défit en un ami. » La réalisation que nous avons besoin de tolérance et de réconciliation actives n’est pas nouvelle, mais n’est pas encore implantée effectivement dans la politique quotidienne.
Les éléments « doux » essentiels du rétablissement de la paix sont encore marginalisés par les instruments militaires durs. Nous voulons créer de la paix avec des armes, mais ce n’est qu’une seule méthode entre beaucoup d’autres. Est-ce que la paix peut-être atteinte par l’usage de la force, et si oui, quel en est le prix à payer?
Nous dépensons des centaines de milliards sur la sécurité interne et externe, mais combien de milliards pour la promotion nécessaire de la tolérance, du respect et de la réconciliation? Sans les mesures proactives pour la paix et la réconciliation, la paix ne sera pas possible.
Seule une double stratégie bien planifiée, de pouvoir et de diplomatie, combinée avec de la réconciliation, promet le succès.

Seuls sur ces deux piliers, la paix mondiale peut se poser en permanence et en sécurité. Les esprits des êtres humains, la souffrance des oppressés et de leur dignité violée sont oubliés dans la politique unilatérale et froide du pouvoir. Ce pouvoir ne peut pas atteindre l’essence du rétablissement de la paix dans les cœurs des humains.

La paix mondiale ne peut être crée que si nous utilisons la force pour contenir le mal, pendant que nous travaillons simultanément pour atteindre la dissémination de la tolérance mondiale à travers une nouvelle double-stratégie. Nommons cette stratégie World 3.0 (ou Monde 3.0). Nous avons tous besoin d’une vision active, et nous devons adopter les Codes de Tolérance.

Nous tous – Musulmans, Chrétiens, et Juifs – sont frères et sœurs dans la croyance en un seul Dieu. Quiconque ne croit pas en Dieu ou en quelque être supranaturel est aussi créature de Dieu, et mérite ainsi autant de respect.
Le concept politique de tuer les civiles pour des raisons religieuses ou politiques est contraire aux enseignements de tous les prophètes. C’est une perversion de la croyance, comme les Croisades et le brûlement des sorcières au Moyen Âge.
Aujourd’hui, nous avons besoin d’un mouvement actif poussé en avant par des citoyens mondiaux responsables.
Nous avons besoin de plus de tolérance et de respect. Pourtant, nous ne serons pas capables de vivre heureux avec nos voisins avant de défendre nos valeurs basiques globales et freiner le mal avec de l’amour pour l’humanité au lieu de la haine.
Nous avons besoin de disséminer ce message dans les esprits et les cœurs de nos enfants, et les laisser grandir comme des citoyens globaux tolérants.
Nous avons besoin d’une vision globale et d’un esprit.
Nous avons besoin de valeurs morales acceptées mondialement, et nous avons tellement besoin des Codes de la Tolérance, ainsi que des meilleures pratiques et leur dissémination permanente. Nous devons tous nous engager activement pour plus de tolérance.
Nous devons exemplifier et propager les Codes de la Tolérance. Nous devons améliorer le monde avec nos contributions, qu’elles soient grandes ou petites.
Nous avons du pouvoir, de l’influence, et beaucoup de créativité.
Utilisons ces dons innés pour répandre la bonté, la gentillesse et la tolérance.
Nous devons surmonter notre intolérance et passivité parce que nous le devons à nos enfants et à nous-mêmes.
J’appelle l’élite responsable dans les 193 pays de notre terre d’être enfin responsable personnellement de la victoire de la tolérance et du respect.
Créons un monde meilleur d’harmonie et de respect pour nos enfants. Comme élite, nous n’avons pas juste le choix, mais l’obligation de devenir actifs, et engager positivement non communautés.
Si pas nous, qui alors?
Dans la période de globalisation, l’humanité ne doit pas être marginalisée, sinon elle périra.

Du Livre « Love is Tolerance » (ou L’Amour est Tolérance) par Hubertus Hoffmann

Vous pourriez aussi aimer