Global Council for Tolerance and Peace

Ottawa présente son plan sur le rôle des femmes dans les processus de paix

Il s’agit de l’un des objectifs contenus dans le document d’une vingtaine de pages dont la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a présenté les grandes lignes, mercredi, à Ottawa, devant des collègues députés et une poignée d’ambassadeurs.

Adopter une approche féministe aux efforts pour la paix et de sécurité n’est pas de la rectitude politique ou de l’étalage de vertu. 

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères

Au contraire : la philosophie canadienne, qui découle de grands principes articulés aux Nations unies, s’appuie sur le fait que la participation des femmes à l’avancement de la paix a largement fait ses preuves, a soutenu la diplomate en chef du Canada.

Le document gouvernemental cite en outre une étude co-pilotée par ONU Femmes ayant conclu que « la participation des femmes à la résolution des conflits […] renforce la durabilité des accords de paix ».

« De fait, lorsque les femmes participent pleinement aux processus de paix, les accords sont plus susceptibles de durer au moins deux ans dans une proportion de 20 %, et 15 ans dans une proportion de 35 % », ont déterminé les auteurs de cette même étude.

C’est pourquoi le gouvernement libéral s’engage à « faire de la participation des femmes la priorité dans toutes les activités que mène le Canada dans les États fragiles », a déclaré la ministre Freeland.

Augmenter la représentation féminine dans l’armée

Mais pour grossir les rangs des Casques bleus, le calcul est assez simple, a souligné son collègue à la Défense, Harjit Sajjan : les femmes doivent s’engager en plus grand nombre au sein des Forces armées canadiennes.

À l’issue de l’événement, le chef d’état-major de la Défense, Jonathan Vance, a affirmé qu’il aimerait atteindre chez les Casques bleus canadiens le même objectif que celui des Nations unies en matière de représentativité féminine, lequel est d’environ 15 %.

« C’est un bon objectif », a dit le général en mêlée de presse, refusant par ailleurs de préciser où en était le plan de déploiement canadien, alors que, selon plusieurs rumeurs qui circulent dans les couloirs du parlement, une annonce serait imminente.

Accueil positif

Assorti d’une enveloppe de 17,1 millions de dollars, le plan d’action a été accueilli favorablement par la porte-parole néo-démocrate en matière d’Affaires étrangères, Hélène Laverdière, qui a néanmoins regretté qu’il ne soit pas accompagné de sommes plus importantes.

 

 Une politique étrangère véritablement féministe va au-delà des mots. Il faut que de l’argent vienne la soutenir. Le sévère manque de fonds est l’un des principaux défis dans la mise en place du programme. 

Hélène Laverdière, porte-parole du NPD en matière d’Affaires étrangères

Son vis-à-vis conservateur, Pierre Paul-Hus, a indiqué dans un bref communiqué que son parti soutient « les initiatives qui visent l’avancement des droits des femmes et des filles » et « les efforts pour favoriser l’accès aux femmes aux forces armées ».

Missions de paix

Le gouvernement dévoile ce plan d’action alors qu’un autre plan, celui du déploiement de Casques bleus dans des missions multilatérales onusiennes, tarde à se matérialiser.

Les rumeurs d’une annonce imminente concernant le plan de déploiement s’intensifient de plus en plus à l’approche de la réunion des ministres de la Défense sur le maintien de la paix des Nations unies, qui aura lieu les 14 et 15 novembre prochains à Vancouver, et dont le ministre Sajjan sera l’hôte.

 

La sénatrice Mobina Jaffer

Le gouvernement a possiblement fourni quelques indices sur ses intentions, mercredi, dans son plan sur les femmes.

En parcourant la liste des pays où des initiatives seront financées, on constate la présence du Mali, de la Colombie et d’Haïti. Ce sont tous des pays qui ont figuré, à un moment ou à un autre, sur la liste putative des destinations pour les Canadiens.

Vous pourriez aussi aimer